SECTION DE FLEURY-LES-AUBRAIS CHANTEAU SEMOY 

 

CONTACTS :

 

Président : Jean-Paul AMORY  Tel : 09 50 45 05 10 / 06 15 06 41 30 - mail : shol45400@aliceadsl.fr

13 rue Jean Cocteau 45400 FLEURY LES AUBRAIS

Vice-Président : Jean-Paul GATELLET  Tel : 02 38 84 49 87

Trésorière : Martine COMBE  Tel : 06 82 20 93 65 

Secrétaire : Ghislaine DUVERGER  Tel : 06 35 92 69 83

 

 

PRESENTATION : 

 

La section de Fleury les Aubrais - Chanteau - Semoy est composée de 170 adhérents.

 

Chaque année la section organise et propose à tous les adhérents SHOL :

 

Et elle participe, avec les communes, aux :

 


 

CALENDRIER DES ACTIVITÉS 2018

 

 

 

REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION à 20h00 salle François Villon à Fleury 

mercredi 12 septembre, jeudi 11 octobre, mercredi 7 novembre, mardi 4 décembre

 

 


 

La Ville de FLEURY LES AUBRAIS organise un

 

 

Démo et animation autour du bouturage d’hiver du groseillier et du cassissier

par la section SHOL Fleury les Aubrais - Semoy - Chanteau

 


 

ANNONCE

 

SAMEDI 20 OCTOBRE 2018

 

SORTIE EN TOURAINE

avec au programme :

VISITE DU PARC ET DU CHATEAU DE CHEVERNY

 

                                                                                                        

 

VISITE DE LA CHOCOLATERIE MAX VAUCHÉ

 

                                                               

 

VISITE DU DOMAINE VITICOLE DU PORTAIL

 

                                             

 

Uniquement du beau et du bon, à voir et à déguster...sans modération !

 

Programme et bulletin d'inscription, cliquez ici

 

 

 


 

VOYAGE à MONTREUIL et RUEIL-MALMAISON 24 mai 2018

 

MONTREUIL :

Ce matin du 24 Mai, effervescence sur le parking des Sablons à Fleury-les-Aubrais.

Par une journée estivale, le groupe de la S.H.O.L se déplace en région parisienne.

Après de sérieux bouchons sur la route que notre chauffeur a su efficacement contourner, nous voici arrivés à Montreuil à l’heure prévue au rendez-vous pour visiter «les murs des pêchers » ou « murs à pêches ».

Nous sommes chaleureusement accueillis avec le café, par 2 jardiniers passionnés de l’Association des Jardins Familiaux : M. Pascal MAGE (à gauche de la photo), président de l’association et M. FONTAINE.

 

 

Cette activité agricole fit durant des siècles la renommée de Montreuil.

C’était plus de 600 kms de murs qui furent construits pour la production de ces fruits délicieux.

La culture des pêches, fruits venus d’Asie mineure, est connue depuis le moyen âge. Les premiers jardins clos de murs sont édifiés au centre du village alors groupé autour de l’église de Montreuil.

Les murs sont édifiés à l’aide de matériaux recueillis sur place, le « blanc de gypse du sous-sol » ayant joué un rôle considérable en fournissant le plâtre nécessaire. Les pierres de silex sont trouvées dans le sol en creusant les fondations des murs. Ces murs recouverts de plâtre peuvent emmagasiner le jour la chaleur du soleil qu’ils restitueront durant la nuit, et offrent un très bon micro climat pour la culture du pêcher.

Au fil du temps, la demande de consommation de ce fruit devient importante, d’où un quadrillage qui finira par structurer une grande partie de la commune de Montreuil.

L’orientation des murs est essentielle pour la culture de ces arbres fruitiers. Ou l’art de disposer les murs pour recevoir les rayons du soleil à différentes heures de la journée : orientation « sud-sud-est »  et au « sud-sud-ouest ».

 

 

Les pêchers sont plantés tout le long des murs.  Lorsque ces arbres arrivent à une hauteur suffisante, ils doivent être palissés. La technique de Montreuil est celle du palissage à «la loque».

La loque est une bande d’étoffe, en laine de préférence, qui a pour avantage de maintenir la branche sans la blesser. Celle ci s’enveloppe avec la loque repliée sur elle-même, et un clou planté dans le mur maintient les 2 extrémités de l’étoffe.

 

                               

 

Avant la maturation complète du fruit a lieu l’effeuillage, afin de découvrir le fruit et permettre au soleil de terminer son murissement.

Enfin la cueillette est une opération délicate, qui n’a lieu que lorsque la rosée est sèche et que les fruits sont encore à l’ombre, c’est l’affaire des femmes, les ouvriers agricoles en sont exclus.

Le 19° siècle voit se généraliser le tatouage des pêches : on fixe sur les fruits (avec de la bave d’escargots) des dessins découpés dans du papier (sortes de pochoirs très artistiques : en quelques sorte une marque d’A.O.C) qui servent de cache et empêche de colorer le fruit.

Vers 1880, on commence à pratiquer l’ensachage de mi-mai à mi-juin, qui a pour but de préserver les fruits des insectes et maladies ainsi que des coups de soleil.

En 1750 sur 800 ménages de la commune, 600 s’adonnent à la culture du pêcher.

En 1825, la récolte atteint 15 millions de pêches pour 600 kms de murs.

En 1880, la production de fruits est à son apogée, on ne construit plus de murs, et la production commence décliner  (concurrence avec des fruits transportés par le chemin de fer).

Les fruits sont vendus aux Halles de Paris où les Montreuillois disposent d’un emplacement réservé « le carreau de Montreuil ».

 

                        

 

Avant la 1° guerre mondiale, un syndicat de vente s’est créé pour l’exportation des fruits vers l’Allemagne et la Russie.

Les murs à pêches aujourd’hui : cette longue  histoire a bien sûr laissé des traces dans la mémoire des Montreuillois. Des la fin des années 1990, « l’Association Murs à Pêches » réclame la protection  des zones de productions.

Celle-ci devient effective en 2003 :   8,5 ha sont classés par le ministère de l’environnement au titre de la protection des sites. (Journal officiel du 23 /12/2003.)

Mais cette Association doit se battre constamment pour ne pas voir la disparition de ces « Murs à Pêches », car aujourd’hui la pression urbanistique est très importante avec la construction et l’élargissement du « Grand Paris ».

 

 

Pour la visite de Montreuil la matinée se termine, pour certains participants ce fut une vraie découverte, d’autres connaissaient déjà.

Nous reprenons le car, direction le restaurant, ou une équipe de sympathiques serveurs nous attendait.  Chacun était invité à prendre  place autour des tables déjà bien garnies. Le service fut efficace et le repas délicieux.

 

 

RUEIL-MALMAISON :

L’après midi direction  « Le parc du château Rueil-Malmaison »

Le jardinier en chef du « Domaine National de Malmaison » M. Dominique d’HEYGERE, nous accueille, nous guidera et nous fera entrer dans l’histoire du parc.

 

 

L’impératrice Joséphine, alors qu’elle n’est encore que madame Bonaparte, achète en 1799 le domaine de Malmaison et l’agrandit inlassablement jusqu'à sa mort en 1814.

Le domaine, morcelé après sa mort, ne comporte plus que 6 hectares lorsqu’il est acquis en 1896 par « Daniel  Iffla  dit Osiris » qui, après avoir restauré le château, l’offre à l’Etat en 1903.

Entièrement retracé à partir de 1805 par l’architecte Louis-Martin Berthault, selon le goût de Joséphine. C’est avec une véritable passion de scientifique que Joséphine développe ses collections de plantes.

 

                  

 

Elle vivait une passion pour la rose ; elle fit aussi  construire une serre chaude pour y acclimater des plantes exotiques. Près de deux cents d’entre elles, magnolia pourpre, pivoine arbustive, hibiscus ou camélia, rapportées d’expédition ou échangées avec les savants du Muséum d’Histoire naturelle, fleurissent pour la première fois en France à Malmaison.

La floraison des roses anciennes se déroule sur une période très courte. En effet, elles sont dites non remontantes car ne fleurissent qu’une fois par an entre le 15 mai et le 15 juin. Elles sont taillées en juillet. Le parti a été pris d’entourer les roses anciennes de plantes vivaces afin de permettre le fleurissement de ce jardin toute la période estivale. Le choix de ces vivaces s’est opéré en fonction du camaïeu des roses.

 

 

A l’occasion du bicentenaire de la mort de Joséphine, survenue le 29 Mai 1814, « le musée national des châteaux de Malmaison et Bois Préau » a fait renaître une collection mythique de roses d’un jardin unique en son temps.

Le centre de ce jardin est planté d’une nouvelle rose «  souvenir de Joséphine », issue d’un travail de sélection végétale. Cette nouvelle rose s’inspire de la femme par la légèreté de ses pétales qui rappelle l’élégance des tenues de Joséphine, sa couleur rose carminé, fait écho au teint de l’Impératrice.

Sans oublier au cours de notre visite, ces arbres remarquables parmi eux :

« un majestueux cèdre du Liban » planté par Joséphine et Napoléon en 1800, peu de temps avant la victoire de Marengo.

 

                          

 

 « un  cyprès chauve » surnommé chauve car il perd son feuillage en hiver, il est reconnaissable à son écorce rouge, fibreuse et verticale. Il affectionne la proximité de l’eau.

« les tilleuls de Hollande » hybride naturel entre le tilleul à petites feuilles et celui à grandes feuilles, il est utilisé dès le XVII° siècle pour les allées et alignements.

L’alignement des tilleuls de Malmaison est classé remarquable.

« le séquoia géant » introduit en France en 1853, il est connu pour ses dimensions imposantes et sa robustesse.

Le parc reste aujourd’hui particulièrement évocateur du cadre voulu par l’impératrice. Les étendues d’herbe sont traitées en pelouse ou laissées en prairies conservant ainsi à Malmaison l’aspect champêtre de maison de campagne, et permettant à certaines variétés de fleurs sauvages de croître et de se réimplanter naturellement.

 

 

 

La visite hélas se termine après cet après midi très enrichissante. Il faut vite regagner le car afin de respecter l’amplitude de travail du chauffeur, qui va traverser Paris et se faufiler dans une circulation dense et impressionnante.

19 h 30,  arrivée sur le parking des Sablons. Ce fut une excellente journée.

Texte de: Nicole et Georges PILE - Photos: Martine COMBE et Jean-Paul AMORY 

        

 

 


 

 

TROC ET VIDE JARDINS 21 AVRIL 2018

 

Toujours dans le cadre des Journées de Printemps organisées par la ville Fleury,  nous avons participé au troc vide jardins en étant présent sur un stand. La diversité de plantes présentées était plutôt limitée puisque la météo n’a pas favorisé les plantations et que le troc jardin était un mois plus tôt que l’an dernier.

 

 

Ce fut une journée ensoleillée avec 500 visiteurs (estimé) qui sont venus plutôt en matinée. Beaucoup de questions autour des oca du Pérou.

Et puis nous avons appris à réaliser des godets cubiques pour semis en papier (version origami) à partir d’une feuille en papier journal.

 

 

 

 


 

 

PARCOURS BOTANIQUE 19 AVRIL 2018

 

Contrairement aux 2 années précédentes, c'est par un temps ensoleillé qu'a eu lieu le parcours botanique à travers les 6 ha du parc de l’Hermitage de Fleury.

 

Cette randonnée s'inscrivait dans le cadre de la semaine des Journées de Printemps organisée par la ville de Fleury les Aubrais

 

Pendant 2 heures, notre jardinier botaniste Jean-Paul Gatellet a passé en revue plus d’une trentaine d'arbres ; une belle découverte végétale, dont 15 d'entre eux étaient des chênes (Quercus), d’espèces et de variétés complètement différentes pouvant s’adapter pour les petits ou grands jardins ou encore pour nos rues et avenues. Sachez que la plupart des chênes supportent les sels de déneigement.


                                                         Arbre aux mouchoirs de Vilmorin


Belle fréquentation puisque pas moins de 45 personnes dont 15 adhérent(e)s Shol étaient présentes.

 

 

Bravo à la municipalité pour cet échantillonnage végétal, un beau catalogue vivant. Tout y est : diversité, bon état de santé des arbres (la plupart des troncs des jeunes arbres sont d'ailleurs protégés contre les échaudures), bientôt suivi d’une identification des sujets, un ensemble qui fait partie des préoccupations permanentes du service Cadre de vie de la ville.

 

 


 

ART FLORAL des 12 et 13 avril 2018

 

Dans un pot de céramique rose, des branches de saule tortueux (salix golden curls) mettent un peu de désordre dans un bouquet aux lignes géométriques. Deux ornithogalums blancs et une scille bleue se dressent verticalement au milieu du bouquet alors que la feuille de pandanus pliée, le 3ème ornithogalum, les autres scilles et la feuille de philodendron (monstera) occupent un espace horizontal. Des petites fleurs dans les tons de rose (alstromeria), de blanc et de vert (chrysanthème Santini) tapissent la base du bouquet.

 

 

 

 

 


 

 

 

Salon des Arts du Jardin 7 et 8 avril 2018

 

Un beau week-end ensoleillé qui a transformé le parc floral en marée humaine pour une période de 48 heures... la raison : la 8ème édition du Salon des Arts du Jardin où l’on pouvait y trouver arbres, arbustes, plantes, décorations, mobiliers, outils, ... et même des poules, auprès des 100 exposants présents venus de la France entière.

 


La Shol était présente et tenait un stand avec le thème «les aromates». Notre section de Fleury était très bien représentée. 

 

 

 

 

Sur ce stand, on pouvait y faire :

- pour les adultes: un quizz sur la reconnaissance des plantes aromatiques - 120 questionnaires renseignés,

 


- pour les enfants: des jardinières de plantes aromatiques à partir de jeunes plants en micro-mottes - 60 barquettes réalisées.

 

 


Beaucoup de contacts, de demandes de renseignements, d’intentions d’adhérer à la Shol, aussi bien pour les adultes que pour les enfants très intéressés par le fonctionnement de nos Jardins des Ecoliers.

 

 

 


 

 

Cours de TAILLE des ARBUSTES d’ORNEMENT  15 mars 2018

 

Dans la même rue à Semoy, un autre cours sur «la taille des arbustes à floraison estivale» a été dispensé. Celui-ci était destiné aux auditeurs inscrits aux cours d’horticulture de la Shol. Une dizaine de présents. L’animateur Jean-Paul Gatellet avant toute chose, à insister sur la nécessité d’être à jour sur son vaccin antitétanique. Puis il a abordé les règles principales pour la bonne exécution de la taille de ces arbustes : utiliser un outillage parfaitement coupant, éliminer les branches mortes ou abimées ou qui se croisent, aérer le centre pour une diminution des maladies et surtout garder la structure de l’arbuste et son aspect naturel.

Ont été abordés : l’althéa, le rosier arbustif, l’herbe à chat, l’arbre à papillon, le perowskia etc...

 

 

 

 

 


 

 

TAILLE des FRUITIERS  - 10 mars 2018 en matinée


Cette année encore, c’est un groupe de 35 personnes (adhérents et non adhérents) qui a assisté à notre atelier de taille des fruitiers au jardin du Prieuré à Semoy. Comme le dit le dicton:

«Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars».

Mais pour tailler, il faut disposer d’un outil sain et coupant afin d’avoir des coupes nettes sans déchirement évitant ainsi l’introduction de maladies. Jean-Paul Gatellet, après avoir décrit les parties du sécateur, a fait la démonstration du démontage, de la remise en état (dérouillage, affûtage, graissage), et du remontage d’un outil coupant.

 

 



La moitié du groupe a suivi les instructions d'affûtage pendant que l’autre moitié assistait à la démonstration de taille de pommiers donnée par notre professionnel local Jean-Claude Barnoux.

Les plus novices ont découvert et appris à reconnaître ce qu’étaient : une branche charpentière, une coursonne, une bourse, une lambourde, une brindille, un bourgeon à fleurs, un dard, oeil à bois, des yeux stipulaires.

 


Coté taille, M. Barnoux a rappelé quelques règles :

- orienter le sécateur, lame coupante vers la partie conservée de l’arbre,

- éliminer bois mort, branches qui se croisent,

- aérer le centre de l’arbre pour faire entrer la lumière,

- limiter le nombre de boutons à fleurs car 1 bouton à fleurs donnera 5 fleurs soit 5 fruits après fécondation,

- faire des coupes en biais à 5mm du bouton pour faciliter la cicatrisation,

- tailler long pour les arbres vigoureux et court pour les peu vigoureux.

 

Et c’est autour d’un vin chaud fait à partir du vin de la vigne de Semoy et d’un pain d’épices fait ‘maison’ que se sont poursuivies les discussions.

 

 

 

 

TAILLE des ARBUSTES d’ORNEMENT 10 mars  2018 après-midi

 

C’est dans la rue de la Fosse au Curé à Semoy que nous avons pu, avec l’accord de la municipalité, faire une démonstration de taille arbustive à floraison estivale pour les adhérents et non adhérents. Sous un beau soleil, une quinzaine de personnes dont quelques semeyens étaient présents.


 


Tous les points essentiels pour mener à bien ce type de  taille ont été expliqués par Jean-Paul Gatellet. Une petite incursion chez un riverain (avec son accord bien sûr) a même permis de tailler un figuier. Quelques adhérents sont repartis avec des rameaux taillés pour en faire des boutures.

Au même endroit, le 9 juin, un atelier de taille est programmé et il sera traité «la taille des arbustes à floraison printanière»


 

 


 

ART FLORAL des 1 et 2 mars  2018

 

Le but recherché : la base de mousse ronde d’un rose tendre sur laquelle s’épanouissent des fleurs printanières doit être surmontée de l’amorce d’un nid composé de branchettes de bouleau et de foin.

 


Cette composition innovante pour les moins aguerries a créé des temps silence bien inhabituels auprès des adhérentes et une grande application.

 

 


 

 

FORMATION TAILLE des FRUITIERS  20 FEVRIER  2018


 Nous avons été conviés par la municipalité d’ORMES pour donner un cours de taille des arbres fruitiers à leurs agents des Espaces Verts.

Cet atelier a eu lieu, par un temps très frais, dans le verger situé à la Maison de la Polyculture. Trois agents des espaces verts de SEMOY se sont joints à nous. C’est donc un groupe de 10 personnes qui a suivi les explications théoriques et pratiques de André CHANCLOU SHOL St Pryvé. Le groupe d’auditeurs et Mme Martine SIMON, responsable des espaces Verts de Ormes, ont été enchantés. Nous nous sommes convenus de reconduire cet atelier l’an prochain au même endroit.

 

 

 

 


 

 

GALETTE DES ROIS DU  28 JANVIER  2018


Vif succès de cette manifestation : plus d’un tiers des adhérents étaient présents  à la salle des Fêtes de Chanteau gracieusement prêtée par la municipalité que nous remercions et représentée par Madame Dupré Nadine.

 

 

Les membres présents ont pu entendre  et écouter la chorale fleuryssoise Diapason  qui a exécuté plus d’une vingtaine de chants issus de divers répertoires, tants classiques, que religieux ou populaires, issus du jazz  ou d’autres contrées, avec notamment en hommage à la section SHOL, la balade Nord-d’Irlandaise et une véritable leçon de solfège avec la Mélodie du bonheur « Do, Ré, Mi » repris avec enthousiasme par l’assemblée. Il pouvait d’ailleurs être aperçu pendant le déroulement du spectacle quelques visages qui s’éclairaient voire des personnes qui fredonnaient.

 

 

La galette a réuni chanteurs et adhérents et l’élection du roi et de la reine s’est soldée par un « à l’aise dans ses pantoufles »  et vous vous en douterez bien... des chaussons ont été offerts aux deux gagnants !

Il s’en est suivi l’animation loto et un petit jeu autour de l’estimation du prix d’un sac de courses bien rempli.

 

 

 

 

 


 

 

ART FLORAL DES 18 ET 19 JANVIER 2018


Une belle forêt fleurie annonciatrice de printemps est venue embaumer et égayer de ses couleurs tendres notre intérieur.

 

 


Au cœur de la composition se situe l’amaryllis blanc  qui créera la surprise lors de son épanouissement car les pétales s’égaieront de rayures. Cette majestueuse fleur, était accompagnée de giroflées blanches à l’odeur poivrée et par la grâce des tulipes frisées  «Queensland» et de brins de forsythia. Les fougères américaines et le délicat gypsophile rose « My rose » sont venus parer la base des végétaux.

 

 


 

 

 

16 décembre 2017- notre REUNION d’INFORMATIONS GENERALES

 

La section SHOL FLEURY SEMOY CHANTEAU a tenu son assemblée générale le 16 décembre 2017 à Chanteau.

Messieurs VIE et BAUDE, Maires des communes de Chanteau et Semoy, ainsi que Monsieur MEUNIER adjoint au Maire représentant Madame LINGUET Maire de Fleury les Aubrais ont témoigné par leur présence et leurs discours de l'intérêt porté à l'association.

Mesdames RAYNAUD  vice-présidente et Madame LIENHARD secrétaire générale, de la SHOL ORLEANS avaient également répondu à notre invitation.

85 de nos adhérent(e)s étaient présent(e)s.

L'année 2017 a été fructueuse en termes d'activités et d'adhésions : en annexe le compte rendu de cette réunion.

 

Compte-rendu AG - Cliquez ici

Rapport moral - Cliquez ici

 

 

 

 


 

 


Article République du Centre du 10 décembre 2017


 

 


 

 

ART FLORAL DES 14 ET 15 DÉCEMBRE 2017 – CENTRE DE TABLE DE NOEL

 

Nichées aux creux des branches de bouleaux scintillantes, et de branches d’orchidées Denbrodium blancs et dominées par un fleuron de lys, les roses sweet avalanches et les anthuriums rouges donnent le ton à cette composition.

Comme pour toutes les séances d’art floral se situant avant Noël, un franc succès est noté puisque 110 membres de la section se sont enregistrés et nous avons organisé 4 séances pour un meilleur confort.

 

 

 

 


 

 

PLANTATION D'ARBRES LE 28 NOVEMBRE 2017

 

Article dans la République du Centre du 1er décembre 2017

 

 

 

 


 

23 novembre 2017 - Les Halles de RUNGIS et Milly la Forêt 

 

RUNGIS, le plus grand marché de produits frais au monde.

Une ville dans la ville, plus de 250 hectares et un beau ballet de camions et camionnettes. Rungis fêtera ses 50 ans en mars 2019.

Devenues trop petites les Halles centrales de Paris devaient évoluer et ce grand projet a vu le jour.

Pour nous les visiteurs, partis à 2 h 30, la première opération a consisté à un habillage : blouse blanche et charlotte ; nous avons plutôt l’air de manchots avec cette tenue par-dessus nos gros manteaux !

 

 

Première visite, le pavillon de la marée : les tractations sont terminées, condition pour entrer dans cet immense hall ; au centre, une large allée dans laquelle nous sommes autorisés à déambuler tout en respectant les allers et venues des personnes préparant les commandes et les livraisons. De chaque côté de cette allée, les caisses de polystyrène blanches et les bacs bleus contiennent ce qui est parvenu dans les ports dans les 24 heures qui précèdent : thons, coquilles Saint Jacques (c’est la pleine saison), soles, limandes, cabillauds, rascasses, lottes… et le plus impressionnant les espadons dont la pointe du rostre est protégée pour éviter tout accident.

Les bureaux des grossîtes entourent ce hall où l’activité est également intense.

 

 

Seconde visite les produits carnés c’est différent ; moins d’agitation et les esses à perte de vue chargées de bêtes entières ou de demies bêtes qui attendent des acquéreurs, bœufs, veaux et moutons, tous des animaux d’exceptions, de beaux spécimens.

Nous découvrons la couleur rouge foncée des viandes maturées et les stands de viandes hallal où les morceaux sont plus modestes puisque déjà prédécoupés (cuisses, selles, entrecôtes, filets…)

 

 

Puis nous entrons dans le domaine des fromages. Ceux qui n’aiment pas trouvent que cela sent fort ; les ventes sont toujours en cours et nous arpentons le hall parmi les fromages de chèvres en tout genre, les bleus, les comtés, les gruyères et emmenthal, les tommes y compris celles aux fleurs sauvages bien belles à regarder (et à déguster sans doute), et des fromages de Hollande aux croûtes inhabituelles, nous sommes loin du rouge et du orange mais plutôt au vert et au violet ; c’est la loi du marché les nouveautés !

 

 

Nous nous rendons dans un des 10 halls fruits et légumes ; l’activité est à son plein, les épiciers et restaurateurs font leur marché à trottinette ou vélo et c’est un régal de couleurs et d’odeurs. Les fournisseurs manipulent les diables ; il s’agit soit de compléter le stand soit de livrer ce qui a été déjà réservé.

 

 

Et le clou de notre visite, le hall des plantes et fleurs ; l’ambiance est différente, peu de monde, pas d’agitation comme si ces myriades de fleurs inspiraient le calme. Des bacs et des bacs de roses, jacinthes, lys, tulipes, mimosas, protéas, des fleurs exotiques, des feuillages dorés et argentés, des noisetiers tortueux pailletés en ces périodes proches de Noël.

 

 

Après la folle fin de nuit sur la plateforme de Rungis, tumultes, rythmes effrénés des acteurs du plus grand marché couvert au monde de produit frais, le groupe s’est réconforté par un  petit déjeuner géant.

Notre voyage n’est pas terminé, direction MILLY LA FORÊT, détour, retour vers une ambiance plus paisible dans le Gâtinais de l’Essonne, la visite du Conservatoire National des Plantes à Parfums, Médicinales, Tinctoriales, Aromatiques et Industrielles créé en 1987.

Arrivée « Au pays des simples »...

 

 

Les herbes aromatiques... renouveau, mode ou un réel besoin ?

 

Fin novembre, il est vrai que la saison est bien entamée pour une visite de jardin, mais ce jardin n’est pas comme les autres, il est un véritable paradis pour la conservation de plantes utilitaires.  

Morgane l’animatrice et guide nous accueille à la boutique, elle partage le groupe en deux, l’un visitera le musée audioguidé et l’autre le jardin des collections.

Le musée situé dans l’ancien séchoir à plantes aromatiques nous fait découvrir et pointe la réelle utilité des plantes celles qui ont permis la vie et, qui aujourd’hui entretiennent cette vie. Ce parcours de plus d’une heure retrace l’histoire de ces plantes utilitaires et l’homme, les origines des plantes : comment sont-elles arrivées, comment poussent-elles, à quoi servent-elles, la vie de la faune qui entoure ces herbes, odeurs, senteurs, pour qui, pourquoi...un concentré d’informations simples et compréhensibles pour tous. La fin de la visite se termine par le séchoir conservé en l’état, il était encore utilisé dans les années 50.

 

 

Morgane nous attend pour la visite du musée vivant et nous présente magnifiquement le conservatoire financé à 50% par l’état et 50% par autofinancement. Son rôle et ses missions sont de conserver (graines et plantes), d’expérimenter (sa priorité), de diffuser et produire (900 espèces issues de culture biologique sont concernées) et d’accueillir, sensibiliser et d’animer auprès du public.

Avant de parcourir le jardin Morgane nous parle du projet en cours, l’Arnica des montagnes qui est en voie de disparition par une surexploitation de la cueillette, le conservatoire a pour mission d’évaluer la génétique de l’Arnica des montagnes afin de développer et mettre en place des cultures sur des territoires tests.

 

Face à Morgane un auditoire attentionné 

 

Morgane nous guide dans le jardin et nous présente quelques plantes utilitaires préférées, en commençant par une plante préhistorique protégée la Prêle d’hiver (plante utilitaire qui entretien le squelette). Sur le parcours une plante grimpante, dont on consommait les jeunes pousses dans la Région Occitanie, plus connue dans l’utilisation en cataplasme du tubercule dénommé « Herbes aux femmes battues ». Ensuite nous arrivons dans le grand jardin de collections, le jardin porte graines, nous sont présentés divers plantes utiles, tinctoriale le Pastel pour le bleu, Renoué des teinturiers pour le bleu indigo, épice le Safran, la fibre avec le Sisal, les parfums  Lavande aspic, la Gentiane entre dans la fabrication de l’encre, médicinale avec le Houblon comme antistress, la lavande antidépresseur. La visite se termine par les Menthes, la bases des aromatiques qui ont permis au village de Milly d’entrer dans l’histoire, jusqu’à avoir sa variété locale, la Menthe poivrée de Milly La Forêt (hybride issu entre la menthe noire et la menthe verte). Fin de la visite du jardin.

 

 

Pour clôturer cette visite, merci à Morgane, une dégustation nous est offerte, l’infusion phare du conservatoire, la Menthe poivrée de Milly La Forêt au doux parfum, grâce à son faible taux de menthol elle ne nous empêchera pas de dormir (ce qui n’est pas le cas des autres Menthes), la tisane est accompagnée pour moitié, de petites tartines enduite de confiture de cynorrhodons et gelée de pissenlit...un doux régal... 

 

 

 

 


 

 

ART FLORAL DES 9 ET 10 DECEMBRE 2017 - COMPOSITION DE FLEURS...ARTIFICIELLES !

 

L’illusion est parfaite ; ce bouquet de fleurs et végétaux synthétiques tout de blanc composé, a conduit nos adhérentes à utiliser d’autres outils, notamment le pistolet à colle, la pince coupante et une autre matière, la mousse grise particulière aux compostions sèches. Elle se sont réjouies de la flexibilité des tiges permettant de créer des mouvements notamment avec les gerberas et les arums callas.

 

 

 

 


 

 

 

9 septembre 2017 – FORUM des ASSOCIATIONS


Les forums des associations, un des meilleurs moyens de se faire connaître. Ils  sont toujours intéressants en termes de rencontres et de discussions ainsi qu’en collecte de nouveaux adhérents.

 

Stand de Fleury

 

C’est ainsi que deux semaines après des salons,  nous avons déjà 8 nouveaux adhérents et adhérentes. Et pourtant l’organisation n’est pas aisée ; nos trois communes, Fleury, Semoy et Chanteau organisent ce salon à la même date, aux mêmes horaires.

 

Stand de Chanteau


Et là aussi c’est  porteur et motivant puisque les membres déjà adhérents répondent à l’appel afin de nous aider à tenir les stands et promouvoir nos activités.

 

 

Stand de Semoy

 

Et toujours dans la bonne humeur !!


 


 

 

 

 

ART FLORAL DES 7 et 8 SEPTEMBRE 2017

Plantation d'un arbre 22/03/13Pose de nichoirs 20/03/13